06 Apr 2020 | 0

Le rituel (ChroCo #23)

Fleurs de prunus

La chronique de Nicolas Mathieu lue il y a quelques jours résonne toujours en moi et ces mots, notamment : « On fera du yoga jusqu’en enfer. » Du yoga, j’en fais depuis près de dix ans, toutes les semaines, dans un petit cours assez confidentiel pas loin de chez moi : ma prof, son sous-sol et quatre-cinq personnes. Le mardi ou le jeudi matin, en fonction de mon planning de travail. Je ne rate jamais le cours, à moins d’être vraiment malade. Pareil pour mon cours de Pilates du vendredi avec une prof que j’adore. Ces pratiques cadencent ma vie de freelance qui travaille majoritairement de son canapé !

Yoga et basta !

Quand l’arrêt de l’école a été annoncé, j’ai tout de suite pensé au rythme qu’il nous faudrait trouver pour structurer nos journées. Je me suis lancée dans ces chroniques (qui me demandent beaucoup de temps et de discipline)… et j’ai instinctivement décidé de faire une micro séance de yoga tous les matins. Quand je dis micro, je ne plaisante pas : chat-chien-demi pont et hop ! c’est dans la poche ! Sur le tapis du salon (mon tapis de yoga déroulé par-dessus ou pas), dans la maison endormie, face à la porte-fenêtre qui laisse entrer jour après jour ce soleil troublant de régularité, j’enchaîne, à jeun, mes trois postures. Parfois un enfant me rejoint, parfois les deux. Parfois, on improvise d’autres mouvements, plus ludiques. 

Soin de soi

Mais toujours le plaisir de bouger doucement mon corps, de prendre soin de moi avant toute chose, avant de commencer une nouvelle journée de confinement qui va filer, comme les autres, aussi vite que l’éclair. Le yoga m’a aidée quand je me suis séparée du père de mes enfants il y a quelques années. Je rentrais dans la salle avec tous mes problèmes et ressortais légère, légère, pour quelques heures au moins. Je revois ma mère, aussi, immobilisée au lit après une chute en montagne, faire des mouvements de yoga dans son lit pour bouger ce qu’elle pouvait. 

Le yoga, la méditation, l’écoute de Bach (comme le fait Yannick Haenel tous les jours, version Glenn Gould), la respiration consciente, le jardinage : peu importe la pratique, si elle est régulière et qu’on s’y sent bien, elle peut nous changer la face de la journée… et, au final, la vie. Je rêve de yoga dans les EHPAD et pour les soignants, chacun dans son coin si besoin pour le moment et tous réunis après. Je ne sais pas si j’irai au paradis ou en enfer (je ne crois à aucun des deux !) mais, tant que je le pourrai, je pratiquerai le yoga et alimenterai, grâce à lui, lui l’espoir d’un renouveau.

Et vous, quel rituel change la face de vos journées ? 

Take care, stay in & stay safe!

NB : J’ai découvert sur YouTube la chaîne de yoga de la québécoise Maryse Lehoux : j’aime bien son style doux et bienveillant.

Vous pouvez aussi, avec des enfants petits, tester l’AcroYoga avec cette vidéo : une pratique ludique !

Postambule : Partant du principe que les angoisses se gèrent mieux quand elles sont écrites (en ce qui me concerne, en tout cas !), et craignant le confinement à venir et toutes les conséquences humaines, économiques et sociales du coronavirus, j’ai décidé d’écrire sur mon blog, tous les jours de cette période anxiogène, une chronique, plus ou moins longue.

Sans prétention littéraire, sans même vous garantir qu’elle reposera sur des faits réels. Juste des mots posés, pour me faire du bien, et peut-être à vous aussi. Avec une jolie photo en illustration pour ne pas oublier la beauté du monde qui nous entoure.

Retour à l'accueil

Leave a Reply