01 Apr 2020 | 0

L’espoir (Les ChroCo #20)

“J’ai pris une photo pour ta chronique, Maman !” (Mon fils n’est pas que consumériste…)

Pas de bonne blague à partager en ce 1er avril. 

Le soleil est toujours au rendez-vous, le sommeil parfois moins, l’inspiration aussi fluctuante que l’espoir et les applaudissements aux balcons plus courts et moins intenses, j’ai l’impression – et m’en désole. 

On fera du yoga jusqu’en enfer

Nicolas Mathieu

J’ai découvert les chroniques de Nicolas Mathieu (l’écrivain) sur Instagram. Son regard acéré sur la situation fait froid dans le dos. On en viendrait presque à souhaiter que ce confinement dure longtemps pour que le changement dans les consciences soit réel et profond. Mais cela ne modifierait probablement rien aux louvoiements politiques et à l’économie reine. Ou peut-être que si… Car le pouvoir est en chacun de nous, non ? 

Mon fils aîné m’a dit qu’il voulait un nouveau smartphone pour ses 13 ans – et je me suis dit qu’il n’avait rien compris lui. Ou qu’il ne voulait pas voir. A ma colère face à ce souhait complètement déplacé à mes yeux, il m’a répondu : « Mais la crise sera finie en juin ! » Comme si tout allait reprendre comme avant… Je me suis demandée, évidemment, comment j’avais pu mettre au monde un tel monstre consumériste – ou est-ce juste un préado standard ?…

Oprah Winfrey cite Maya Angelou : « La peur et l’espoir ne peuvent pas cohabiter dans le même espace. Invitez l’un d’eux à rester. » Face aux incertitudes de la vie, au fait que rien ne dure, au lieu d’essayer de tout contrôler, guidés par la peur et l’anxiété, Deepak Chopra nous dit de considérer le potentiel créatif présent dans ce qui est incertain et la sagesse cachée que recèle le chaos. Face à ces changements chaotiques, nous pouvons choisir l’espoir ou le désespoir. Son conseil : activer l’espoir, ici et maintenant. 

Take care, stay in & stay safe!

NB : Je tire la citation ci-dessus et ces réflexions du programme de méditation guidée proposé gratuitement, sur 21 jours, par Oprah Winfrey et Deepak Chopra (en anglais).

Postambule : Partant du principe que les angoisses se gèrent mieux quand elles sont écrites (en ce qui me concerne, en tout cas !), et craignant le confinement à venir et toutes les conséquences humaines, économiques et sociales du coronavirus, j’ai décidé d’écrire sur mon blog, tous les jours de cette période anxiogène, une chronique, plus ou moins longue.

Sans prétention littéraire, sans même vous garantir qu’elle reposera sur des faits réels. Juste des mots posés, pour me faire du bien, et peut-être à vous aussi. Avec une jolie photo en illustration pour ne pas oublier la beauté du monde qui nous entoure.

Retour à l'accueil

Leave a Reply