01 Mar 2018 | 0

Ragoût très ragoûtant aux saucisses fumées et fenouil

Un plat complet tendance comfort food !

L’idée de ce ragoût (ragù, en italien) m’est venue en écoutant (ceux qui me connaissent ou me suivent depuis longtemps ne seront pas surpris !…) On va déguster, ma messe culinaire du dimanche, un beau matin de la fin d’octobre 2017. Il est rare que je rêve de plat non-végétarien mais la seule évocation de la saucisse fumée et du barolo (vin italien du Piémont) a suffi à me faire saliver d’envie… et à m’inspirer le plat réconfortant et roboratif à servir aux copains quelques semaines plus tard, un samedi soir bien froid et tristoune de novembre. J’adore cet état de réceptivité dans lequel je peux être quand je suis à l’affût d’une recette pour utiliser un ingrédient qui me tente ou traîne dans mon frigo, ou trouver l’inspiration pour concocter un repas, qu’il soit du quotidien ou plus festif.

Le fenouil comme copain de cocotte

L’ajout de fenouil est venu comme une évidence, ce légume parfumé (et détox mais bon, là, on oublie vu les copains qui l’accompagnent !) ayant rejoint ma cuisine il y a quelques années et ne la quittant plus. Vous pouvez tout à fait utiliser d’autres légumes mais, sans fenouil, la recette perdra, je pense, un peu de son équilibre. Pas de barolo ? Pas de problème ! Un vin rouge plutôt corsé ira très bien. J’utilise pour ma part souvent un fond de bouteille de côtes-du-rhône qui attend son heure sagement.

Pour finir l’hiver en beauté et réunir petits et grands autour de la table

Toujours bien car, cet hiver, j’ai réalisé cette recette un nombre incalculable de fois, avec toujours autant de succès auprès de mes convives. Mais pourquoi l’avoir gardée si longtemps au chaud dans mon ordi avant de la relâcher sur le WWW ? Perfectionnisme et procrastination, quand vous nous tenez ! Bref, profitez (mais si, mais si !) des derniers froids pour vous régaler, sans avoir crainte de voir les enfants faire la tronche (le fenouil est si bien planqué !) : des pâtes en sauce, que demande le (jeune) peuple ? Allez, régalez-vous bien en pensant à moi (et n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et à partager la recette sur les réseaux sociaux !).

Ragoût très ragoûtant aux saucisses fumées et fenouil

Pour 6 personnes

  • 1 bel oignon ou deux échalotes moyennes
  • 300 g de fenouil
  • 3 c.s. d’huile d’olive
  • 600 g de saucisses fumées, soit 1 saucisse par personne (J’ai utilisé celles-ci, bio, de la marque Bonneterre. Si vous avez un boucher de confiance, vous pouvez lui demander de la saucisse de Bra, une spécialité piémontaise aux épices)
  • 1 verre de barolo (ou de vin rouge assez corsé)
  • 200 à 300 g de purée de tomates pas trop liquide si possible
  • quelques graines de fenouil (facultatif)
  • poivre
  • Pour accompagner le ragoût : des pâtes qui retiennent bien la sauce comme les Radiatori de Garofalo ou torsades (comptez 100 g max par personne)

1 – Epluchez l’oignon ou les échalotes et hachez-les en cubes plutôt petits. Faites de même avec le fenouil : le but est que les cubes de fenouil se marient harmonieusement à la saucisse une fois en bouche, en étant à peu près de la même taille.

2 – Faites chauffer l’huile d’olive dans une grande cocotte et revenir les légumes pendant quelques minutes.

3 – Pendant ce temps (et en gardant un œil vigilant sur la cocotte !), enlevez le boyau ou la pellicule qui recouvre les saucisses et coupez-les en cubes de taille moyenne (je les coupe d’abord en 4, dans la longueur, pour faciliter la découpe en cubes).

4 – Ajoutez les cubes de saucisse dans la cocotte et faites revenir la viande quelques minutes avec les légumes, en mélangeant de temps en temps, puis ajoutez le verre de vin et laissez le tout cuire sur feu moyen, le temps que le vin s’évapore.

5 – Salez (à peine : les saucisses le sont bien assez !) et poivrez, puis ajoutez la purée de tomates (200 g pour commencer) et les graines de fenouil, et continuez la cuisson à feu modéré pendant 20 minutes.

6 – C’est un ragoût : plus ça mijote, meilleur c’est ! N’hésitez pas à prolonger la cuisson à feu tout doux, en rajoutant un peu d’eau ou de purée de tomates quand le ragoût semble commencer à attacher ou devenir trop compact : vous voulez en avoir un quantité suffisante pour napper les pâtes !

NB : N’hésitez pas à cuisiner ce ragoût le matin ou l’après-midi pour le soir : il n’en sera que meilleur une fois réchauffé. Il se conserve très bien plusieurs jours au frais et gagnera en goût à chaque fois que vous le réchaufferez.

Pour les fêtes, j’avais trouvé ces pâtes, de la marque Valfleuri, en GMS : elles retiennent parfaitement la sauce et sont festives avec leurs formes de sapin de Noël, d’étoiles, etc. Déjà que les enfants ont aimé mon ragoût mais avec ces pâtes, c’est la fête assurée !

Retour à l'accueil

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
S'inscrire à