16 Nov 2017 | 6

Echappée belle au lac du Bourget et savoureuse pâte à tartiner savoyarde

Vue sur le lac et l’abbaye de Hautecombe du belvédère de Saint-Pierre-de-Curtille,

avec le massif des  Bauges en arrière-plan

Pendant les vacances de la Toussaint, j’ai emmené mes enfants en Savoie, plus précisément au lac du Bourget, le plus grand lac naturel de France. Si vous suivez mes aventures, vous vous souviendrez peut-être de mon coup de cœur de 2016 pour le Bourget-du-Lac, situé au sud du lac, et le restaurant Le Calypso. Cette année, j’ai décidé de remettre ça en explorant la face nord et ouest du lac. La découverte culinaire locale, une pâte à tartiner artisanale, est un très beau prétexte pour vous faire partager tout ce qu’on a aimé pendant cette virée brève mais riche en somptueux paysages d’automne et rencontres chaleureuses. Après la Drôme provençale et la Bretagne, la Savoie est haut dans la liste de mes départements français préférés…

Vue sur le lac et Aix-les-Bains du belvédère du Revard

S’ouvrir l’appétit en montagne

Le lac du Bourget, pour les Lyonnais, c’est pratique : 1h30 de route max et on y est. Si vous êtes parisiens, marseillais ou bretons, ce sera plus compliqué, mais j’espère quand même vous tenter. Après un brève arrêt à l’aire d’autoroute qui domine le lac d’Aiguebelette (juste avant le tunnel de Dullin), où nous avons tous pu nous détendre en sautant sur des trampolines (bibi itou !), nous nous sommes approchés du lac du Bourget et avons commencé l’ascension du massif des Bauges. Un peu longue, l’ascension, même en voiture, mais quelle récompense une fois passées les stations de ski de la Feclaz et du Mont Revard et arrivés au belvédère du Revard, à 1562m d’altitude, 

J’avais prévu d’y pique-niquer. C’était un peu ambitieux en ce 27 octobre mais, comme j’avais aussi prévu les bonnets et les gants, on a pu profiter du moment et surtout, du point de vue à vous prendre le souffle grâce aux trois pontons dominant le vide. Ne ratez pas ça ! La vue s’ouvre de tous les cotés, surplombant le lac du Bourget, dominant le massif des Bauges sur les côtés et portant le regard au loin vers les chaînes montagneuses du Dauphiné, du Jura et du Mont-Blanc.

Les Bauges vues des abords du lac à Portout

Aller au bout du monde lac

Inspirée par le beau billet de blog de Madame Oreille, photographe et voyageuse, j’ai décidé de sortir de ma zone de confort et de ne pas séjourner au Bourget-du-Lac où nous avions pourtant été si bien accueillis au Savoy Hôtel en 2016. Nous avons donc continué notre périple en longeant la côte est du lac depuis Aix-les-Bains pour regagner l’auberge de Portout, un hameau de la commune de Chanaz, à quelques encâblures du lac. Une impression de bout du monde, accentuée par la lumière déclinante automnale. L’accueil à l’auberge a été charmant, les jeux extérieurs et la grande terrasse les bienvenus, et nous avons apprécié le confort et le calme de la chambre. Je vous conseille particulièrement le petit-déjeuner, avec faisselles locales et quatre-quart maison très gourmand.


Partir à Venise…

Le lendemain, nous avons quitté notre auberge un peu excentrée pour découvrir le cœur du village de Chanaz, décrite comme la « petite Venise savoyarde ». Comment ne pas être tentée par pareille description ? Les belles maisons à l’architecture savoyarde qui longent le canal vert émeraude lui confèrent un charme réel. Le maire a redynamisé cette commune champêtre en y attirant toutes sortes d’artisans : brasseur, distilleur, torréfacteur, potière, etc. Notre balade ayant eu lieu un matin d’automne, tout n’était pas ouvert (j’ai notamment regretté de ne pas pouvoir visiter le moulin de Chanaz, producteur d’huile de noix et de noisette) mais nous avons pu découvrir l’attraction principale pour les gourmands que nous sommes : la chocolaterie artisanale de Chautagne. (NB : La Chautagne, c’est la région de 59km2, anciennement marécageuse, autour de Chanaz : cette historique explique le paysage environnant, encore très marqué par l’humidité.)

… y manger du chocolat !

Cette chocolaterie fonctionne à l’ancienne : tout y est fabriqué à la main, avec des produits locaux ou régionaux. Les noix et noisettes proviennent du moulin tout proche, de même que les tourteaux (farines issues  de ces fruits secs). Le miel est de Chautagne et les plantes utilisées souvent cultivées par le chocolatier, Gilles Lavaure, et sa femme Patricia. Je vous conseille particulièrement les petits chocolats à la menthe ou aux framboises du jardin.

Leur pâte à tartiner est à base de noisettes, amandes et noix, sans graisses ajoutées, justes celles du cacao, auxquelles viennent s’ajouter un peu de sucre, et un bâton de vanille infusée. Si le chocolatier n’a pas voulu me révéler le pourcentage de chaque ingrédient, secret de fabrique oblige, je peux vous assurer que vous ne serez pas déçus par le goût et l’onctuosité de cette pâte artisanale (6,7€ les 230g nets), à commander par téléphone si le cœur vous en dit (pas de site web, dommage…).

Naviguer… en bateau électrique

Une promenade à Chanaz ne serait pas complète sans une balade sur le canal de Savières, qui relie le lac du Bourget au Rhône. Au port de plaisance, nous avons choisi un petit bateau électrique (des balades sur de plus gros bateaux sont possibles également mais il n’y avait qu’un horaire possible en ce jour d’automne), plus compliqué à naviguer que les petits bateaux à moteur dont nous avons l’habitude sur la Saône, mais les enfants étaient contents et moi, fière d’avoir maîtrisé l’engin ! Un déjeuner au snack et un tour à la Brocante – une vraie mine – plus tard, le soleil déclinait dangereusement sur le massif de l’Epine. Il était temps de faire nos adieux à la Savoie, non sans un arrêt obligé au Bourget-du-Lac.

Dire au revoir à la plage

Pourquoi donc cet attrait quasi-magnétique pour cette partie sud-ouest du lac ? Parce que l’accès au lac y est direct (ce qui n’était pas le cas à Portout, par exemple), la plage très étendue (surtout ces temps-ci où le niveau de l’eau est exceptionnellement bas) et que la vue sur les massifs environnants et l’immensité du lac prêtent à la contemplation et à la détente. Ajoutez à cela tout ce qu’il faut pour occuper les enfants et vous aurez compris mon goût pour le Bourget-du-Lac (qui possède aussi un grand camping, pour les amateurs). Araignée, jeux de singes et jetée où courir ont permis aux enfants de brûler quelques calories avant d’engloutir leurs cookies de la chocolaterie, assis face au lac. Une sieste et de beaux rêves plus tard, nous étions de retour dans la métropole lyonnaise, les yeux et le cœur emplis de merveilleux souvenirs d’automne. A quand les prochaines vacances ?!

La plage du Bourget-du-Lac

Nos bonnes adresses :

Auberge de Portout 

Route de Portout, 73310 Chanaz

Tel : 04 79 88 89 90

Chocolaterie artisanale de Chautagne

Rue du Chef Lieu, 73310 Chanaz

Tel : 04 79 54 42 79

Restaurant Le Calypso

(Goûtez donc leur fondue et les desserts faits maison !)

223 Boulevard du Lac , 73370 Le Bourget-du-Lac

Tel : 04 79 25 00 08

Retour à l'accueil

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Echappée belle au lac du Bourget et savoureuse pâte à tartiner savoyarde"

S'inscrire à
avatar
Trier par:   Nouveau | Ancien | Plus populaire
aurel
Invité

eh ben !!!!!!!!!! On peut dire que ton article donne vraiment envie de sauter dans sa voiture et de filer au lac du Bourget pour un petit week-end dépaysant… Je me le note dans un coin de ma tête pour plus tard… Et bravo pour cette maîtrise du bateau, quelle classe !!!

aurel
Invité

I’m BACK !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Laurence
Invité

Fiers matelots, vaillant capitaine, magnifique équipage!
La pâte à tartiner … vaut le détour ?!
Bisous!!

wpDiscuz