31 Août 2009 | 1

Le blues du cabanon

Cabanon___ao_t_2009__suite__019

Des lavandes, des chênes, des vignes,
des routes qui tournent, doucement,
des collines qui dominent et appellent au loin,
un château qui trône, point de mire et de ralliement,
des villages de pierres, endormis sous le soleil.

Un chemin escarpé, cabossé,
où on arrivera même à s’embourber !
Un cabanon, au fond des bois,

loin de tout et assez proche du reste.
Une maison de poupée, pas tout à fait aménagée
mais tellement désirée.

Vivre dehors, à moitié nue,
vivre au gré du soleil et du vent,
de la lumière du jour et des ombres du soir.
Etre dehors, dedans, à peine de différence. Se poursuivre sur la terrasse. Laisser sécher le linge au vent.

Entendre loulou reconnaître les cigales, le voir observer les araignées, les fourmis, les lézards. Soigner sa piqûre de guêpe.
Lui faire porter des pierres, pour dégager le jardin, et du bois, pour alimenter le feu. Le voir s’aguerrir et prendre possession des lieux. Le voir partir, en colère, loin de la maison, sur le petit chemin. Manger ses gâteaux de sable. Profiter qu’il se baigne pour jardiner tranquille.

Une fois, unique et trop brève, se poser sur un transat. Laisser le soleil prendre possession de sa peau, la mordre et la brûler. Ne pas bouger, à peine penser. Mais l’activité doit déjà reprendre.

Admirer le soleil couchant sur le champ de truffiers des voisins. Sentir le soir qui s’approche et le pépiement des oiseaux qui s’estompe. Prendre la douche du soir, qui fait partir la poussière et délasse les muscles. Allumer des bougies, des petites, des grosses. Laisser la nuit tomber et l’accueillir, parfois noire comme la suie, parfois blanche, claire. Admirer les étoiles, écouter les cochons sauvages… ou était-ce seulement le loir (qui aime bouger sur le toit, pile au-dessus de ma tête…) ?!

Manger des tomates, des courgettes, des abricots. Faire goûter la tapenade à loulou et être bon pour retartiner son croûton encore et encore. Se délecter de melon, de jambon cru, de Picodon de Dieulefit. Faire nos pizzas au feu de bois. Faire le plein de miel et d’huile d’olive de là-bas.

Lire, dans le calme de la nuit, la famille autour endormie. Le livre qui marquera les vacances et cernera les yeux le lendemain. Etre seule, bien, partie loin.

Et vous, vous êtes prêt(e ) pour la rentrée ?!….

Retour à l'accueil

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Luxe, calme et déjeuner au Clair de la Plume (Grignan, Drôme provençale) | Bulle & Blog Recent comment authors
  Subscribe  
Nouveau Ancien Plus populaire
S'inscrire à
trackback

[…] Un hôtel qui porte bien son appellation : tout est beau, tout est de bon goût. La bâtisse principale aux tons ocre et volets bleus – une ancienne demeure de chanoines, dit-on – attire l’œil dès qu’on arrive, après avoir rafraîchi ses mains et son cou sous la rotonde qui abrite la fontaine. J’ai dormi une ou deux fois en ces lieux, dans des chambres à la décoration très classiques donnant toutes sur le jardin, avant d’avoir mon petit paradis à moi. […]